Vieille connaissance, nouveaux maux || PV Callum

Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumBelieve :: Le Monde :: Europe
 
Allen Walker
# Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumMar 23 Aoû - 17:54


Allen. Tel est le nom qui serait le mien. Je ne l’ai pas trouvé seul, puisque c’est un homme qui dit me connaître un peu qui me l’a appris. Je ne sais pas comment il me connaît. Est-ce que je lui ai demandé ? … Peut-être pas, après réflexion. Je ne suis pas sûr de vouloir le savoir non plus. Pourtant, il n’a pas l’air de me vouloir du mal. Il m’a donné à manger, m’a montré ce qu’est avoir chaud et m’a emmené avec lui pour que je puisse être quelque part sans avoir peur. Sans me cacher. Sans avoir faim. Sans avoir froid. Maintenant, j’essaie de comprendre ce qu’il y a autour de moi. Comme je ne suis pas seul, je crois que ça va. Un peu… Je ressens encore cette peur de rester toujours au même endroit. Et… il y a ce cauchemar… Je ne m’en rappelle jamais très bien, mais je sais qu’il est important. D’un autre côté, je ne peux pas m’en rappeler. C’est trop douloureux… Et ce n’est peut-être pas une bonne idée… Je préfère ne pas me rappeler.

Avec les personnes avec qui je vis, j’apprends petit à petit que je sais des choses que je ne pensais pas. Par exemple, je sais faire les tâches ménagères. Même si on a été obligé de me les montrer une fois, après c’était comme si je l’avais fait toute ma vie. Automatiquement. Sans qu’il y ait besoin de la moindre adaptation. Par contre, je ne sais pas cuisiner. Et je découvre d’autres choses… Des plus ordinaires au plus insolites. Si je devais donner un exemple ou deux… Je me sens bien dans la cuisine, assis à table, en dehors des repas. Par contre, je n’apprécie pas vraiment les couleurs vives. Ça m'empêche d’être calme. Je ne sais pas pourquoi. Quoi qu’il en soit, j’ai le temps de faire le tri, d’apprendre, de comprendre et ceux qui sont avec moi m’aident beaucoup même si parfois je ne les laisse pas m’approcher. Je devrais peut-être essayer d’en parler avec Gabriel ? Il m’a dit qu’il viendrait me voir… Quand ? Je n’aime pas quand je ne sais pas…

Aujourd’hui j’ai décidé de marcher un peu dans le village. Pas loin de la maison au cas où j’aurais besoin de me cacher. Je ne veux pas me perdre non plus. On m’a dit que dans le village je n’ai pas à me cacher, mais je mets quand même une longue veste sur mon dos. Pour avoir chaud, mais aussi parce que je n’aime pas montrer mon bras gauche. J’ai mal à la poitrine quand je le regarde. Personne ne sait pourquoi. Moi non plus, je ne sais pas. Mais, contrairement à quand j’ai rencontré Gabriel, je ne cache pas ma tête. J’ai encore un peu peur, mais ça va mieux maintenant. Puis je ne vais pas sortir. Alors c’est bon. Tout va bien. Tout va… bien…
J’écoute les dernières recommandations et laisse la dame me mettre une écharpe autour de mon cou. Elle est grande, épaisse, elle pique un peu mais sa couleur est très douce, proche du blanc. Crème, je crois ? J’aime beaucoup et j’apprécie le geste, je pense. Alors, mes lèvres s’étirent un peu dans un fin sourire que je ne remarque pas vraiment avant que je sorte, mon visage de nouveau neutre. Il fait froid dehors, mais ça va. L’écharpe et la veste m’aident beaucoup pour ne pas avoir froid.

Doucement, je marche. Je ne fais pas trop attention aux autres. Les regards me pèsent un peu trop. Je ressens un poids dans ma poitrine. Est-ce que je devrais mettre ma capuche ? Non. Ça va. Tout va bien. Si je la mets, je vais faire un pas en arrière et peut-être que je n’avancerais plus. Je dois avancer. Pour savoir. Pour vivre. Pour ne plus être comme quand Gabriel m’a trouvé.
J’entends quelqu’un appeler. Je ne pense pas que c’est moi qu’on appelle. Mon nom n’est pas “gamin”. Allen. C’est mon nom. Mais quand je l’entends la deuxième fois, je lève la tête et je vois un homme plus vieux que moi qui fait de grands signes en souriant. Je regarde autour de moi avant de me montrer du doigt puisqu’il n’y a personne d’autre. Avec la confirmation que je suis celui qui est appelé, je m’approche et je parle brièvement avec lui. C’est un marchand de fruits qui est bon ami avec la famille qui veille sur moi. Et, quand il me laisse m’en aller, il me donne une belle pomme rouge. Je le remercie à mi-voix, avec ce que les autres appellent “timidité”. Puis, je reprends ma promenade en regardant ma pomme. Pourquoi me l’avoir donnée ?

Alors que je cherche une raison, alors que les mots “je ne sais pas” me viennent constamment en tête, j’entends un nouvel appel. Cette fois, je relève la tête tout de suite. D’abord pour détacher mon regard de la pomme, puis pour chercher celui qui veut me parler. Je ne m’y attendais pas du tout, encore une fois. Encore moins maintenant d’ailleurs. Pourquoi venir me parler ? Je ne sais pas. Cette fois, je n’ai pas faim et je n’ai pas froid. Alors ce n’est pas pour les mêmes raisons que Gabriel. Lui ne voulait pas me laisser comme ça. Le marchand… pour me donner la pomme ? Parce que je vis chez ses amis ? Et maintenant… ?
Allen Walker
en bref
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2022

Callum AndersonEh bien il est toujours mort si c'est ce que vous voulez savoir
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumMar 23 Aoû - 23:15
ft.
Allen Walker
Rencontre Fortuite
Le foyer est une chose importante. Savoir que peu importe où l'on se rend, ou ce que l'on fait, il existe un lieu familier rempli de gens qui tiennent à nous qui nous attendent. Un lieu paisible où tous les troubles que l'on peut affronter sont si lointains que l'on y pense plus. Un lieu où le passé et le futur n'ont aucune forme d'importance. C'est assis dans le sable face à l'océan Atlantique, admirant les vagues déchainées se ruer sur le rivage que je me fais cette réflexion. Pourquoi ? Parce que ce paysage me rappelle mon Australie natale. La majorité du temps je n'ai pas le temps d'y penser, trop occupé que je suis à courir après un remède à telle ou telle maladie, à essayer de percer à jour le virus Akuma ou encore à accomplir une mission pour l'Ordre. Ironiquement, c'est cette dernière raison qui m'a amené ici. Une mission sans grande importance à mes yeux mais je me réjouis tout de même d'être venu. Le bruit des vagues et l'odeur iodée des embruns me transporte en une période plus paisible. Je savoure longuement cet instant hors du temps avant qu'un Trouveur ne vienne m'interrompre.

- Callum il faut y aller. Une autre mission t'attends.
- Il n'y a donc aucun répit pour un pauvre médecin Exorciste ?


Je prononce ces paroles dans un soupir avant de remettre mon masque et de me redresser. J'époussette ma tenue pour chasser les grains de sables qui tentent de s'y infiltrer puis je fais un signe au trouveur et lui emboîte le pas. Je jette un dernier regard nostalgique aux puissantes vagues en me disant que cela fait trop longtemps que je ne suis pas allé surfer.

- A plus tard mes vieilles amies.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Je pousse un grognement mécontent. Komui n'a t-il donc rien de mieux à faire ? M'envoyer dans une stupide chasse à l'Innocence au fin fond de l'Ecosse sur le témoignage d'un ivrogne jurant sur la tombe de sa défunte mère qu'il en avait vu une. Evidemment que c'était une fausse piste ! Je l'imagine déjà me dire qu'il fallait couvrir tous les angles possibles. Peut-être mais j'ai des tâches plus importantes à accomplir que d'aller tenir le crachoir à un pilier de bar... De frustration j'ai décidé de chasser mon escorte et de rentrer à la Congrégation par mes propres moyens. J'ai besoin d'un moment pour me calmer et un peu de temps loin du QG me fera le plus grand bien. Je traverse donc de nombreux paysages différents et prends le temps de discuter avec les locaux à chaque fois. Du moins avec ceux qui ne sont pas terrorisés par mon apparence. Ah le folklore, je ne connais que peu de choses qui déchainent autant les passions. Enfin c'est amusant et c'est surtout un excellent moyen de dissuader les éventuels fauteurs de trouble.

Au cours de mon voyage je fini par arriver dans une petite bourgade. En soi rien de bien extravaguant; de petites bâtisses sans prétentions, une place du marché, une auberge. Le village classique. Je pénètre en ces lieux sous le regard suspicieux des habitants du crû mais aucune animosité. Bien c'est déjà ça de pris. Je traverse l'artère principale du hameau quand je suis interrompu par le son d'une violente quinte de toux. Ah ? Voilà quelque chose d'intéressant. Je me dirige vers l'origine de cette douce musique médicale et parvient devant la porte d'une des maisons. Je toque à la porte et suis accueilli par une jeune femme qui ne semble nullement rassurée par mon accoutrement. Après lui avoir expliqué que j'étais un médecin itinérant, elle fini par me laisser entrer. C'est incroyable le nombres de portes que le serment d'Hippocrate peut ouvrir. Je suis la jeune femme jusqu'au chevet d'un jeune garçon et d'une vieille femme, tous deux affligés de sévères quintes de toux et d'une fièvre importante. Je m'approche du plus jeune des deux souffrants et active mon masque pour déterminer l'origine de ces signes cliniques. Une bonne pneumonie, voilà tout. Je soupire, déçu. Pas de nouvelles maladies par ici. Je sors ma seringue de son étui et utilise son pouvoir pour synthétser un remède approprié quand j'entend le père de famille s'approcher pour poser une main sur mon épaule.

- Vous êtes sûr que vous êtes médecin ?
- Non bien sûr que non. Je suis un saltimbanque et mon tour préféré consiste à faire semblant de soigner quelqu'un avant de m'enfuir en courant dans une pluie de confettis.
Je fais un mouvement brusque de l'épaule pour dégager sa main. - Taisez vous et laissez moi faire mon travail. Je me tourne vers le jeune garçon. - Ca va peut-être piquer un peu.

Je lui plante la seringue dans le bras et injecte le remède le tout sans le moindre gémissement de la part du garçon. Brave petit. Etonnamment, l'ancienne semble plus récalcitrante. Semblant me prendre pour l'envoyée de la Mort, elle refuse que je m'approche. Je lui signale, sans la moindre douceur, qu'elle est déjà en train de mourir et qu'elle n'a pas besoin de mon aide pour ça, ce qui semble provoquer une certaine colère chez le père de famille. Que de susceptibilité. Je profite d'une diversion involontaire crée par la jeune fille venue rassurer sa grand mère pour planter ma seringue dans la cuisse de cette dernière et injecter d'une traite le contenu de celle-ci. Ceci fait j'explique que le remède devrait agir rapidement avant de quitter la maison, non sans subir les imprécations de l'ancienne. Une fois la porte refermée, je souffle.  "Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté". Oui bon j'ai pris quelques libertés avec le serment mais l'important c'est qu'elle aille mieux, non ?

Je m'apprête à reprendre le chemin de l'auberge du village pour me restaurer quand mon regard est attiré par une silhouette particulièrement reconnaissable. Un jeune homme de taille moyenne aux cheveux blancs avec une cicatrice autour de l'œil et un bras d'une couleur clairement identifiable se promène, une pomme à la main. L'air de rien. Il ne doute vraiment de rien. Je m'approche de lui en le hélant.

- Allen Walker ? C'est bien toi ? Eh bien en voilà une coïncidence ! Comment un homme aussi recherché que toi peut se retrouver incognito au milieu d'un village perdu d'Ecosse ? Où étais tu passé depuis les événements de la tour ?

Je me suis approché tout en lui parlant et le détaille de pied en cap. Il à l'air en bonne santé et bien nourri mais il arbore pourtant le regard d'un vagabond qui n'a aucune idée de ce qu'il fait. Les événements de la tour me reviennent en mémoire. C'était un événement vraiment étrange et je n'ai toujours pas saisi tout ce qu'il s'y est passé. Même le plus cartésien des esprits fait parfois face à un mystère magique. Je reporte mon attention sur le jeune homme face à moi.

- Tout va bien ?


Callum Anderson
en bref
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2019

Allen Walker
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumMer 24 Aoû - 0:27


Cet… cette personne vient en face de moi. Il est tout de noir vêtu et… je ne peux pas voir son visage. Il a une sorte de masque qui le cache. Peut-être devrais-je essayer d’en porter un pour cacher la cicatrice qui me barre mon œil ? Parce que même si mes cheveux sont longs, ce n’est pas assez pour cacher mon visage. Et ma capuche… peut-être que ce ne sera pas assez. En plus, maintenant, c’est trop tard pour me cacher, je pense.

Je crois que c’est un homme qui me parle. Il me connaît parce qu’il m’appelle par mon nom. Celui que Gabriel m’a dit être le mien. Je n’y suis pas totalement attaché, à vrai dire, mais puisque c’est le mien, que tout le monde me connaît de cette manière, j’essaie de m’y habituer. C’est son cas à lui qui vient devant moi. Lui que je ne reconnais pas. Lui qui me dit, comme Gabriel, que je suis recherché. Très recherché d’après ses dires. Assez pour que… … Est-ce vraiment étonnant que je sois là ? Ce n’est pas moi qui suis venu. Alors, je ne sais pas. Peut-être que je ne devrais pas être ici. Peut-être est-ce pour ça que j’ai envie de partir, que j’y pense, alors que je ne sais pas où aller.

Je vous regarde et vous laisse me poser des questions sans rien dire. Je ne comprends pas grand-chose à la situation, si ce n’est que vous me connaissez. Pourquoi suis-je recherché ? Pourquoi êtes-vous étonné que je sois ici ? Où devrais-je être. Et… quel est cet… cet événement ? Non. Je ne veux pas savoir ! J’ai peur. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas… Je ne…
Alors que je reste silencieux, vous me regardez attentivement. Est-ce que quelque chose ne va pas maintenant ? Je ne vous comprends pas. Je ne comprends pas vos questions. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi dire. Et, maintenant, vous me demandez si je vais bien. Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas comment répondre. Je n’ai pas faim. Je n’ai pas froid. Tout ce que je sais, c’est que...

Je ne sais pas.


Je vous regarde encore un peu avant de vous dire ce que je pense même si je me sens… anxieux et agité :

Qui êtes-vous ? Et comment me connaissez-vous ? Gabriel m’a dit qu’on me cherche, mais… Pourquoi ? Et, c’est quoi ce… euh… … l’événement… de la tour ?


Ah… Je commence à avoir mal à la tête…
Je ne veux pas, finalement.
J’ai froncé les sourcils, je le sens, sans doute à cause de la douleur. Je le fais tout le temps. Maintenant, je recule d’un pas. Quelque chose me dit que je dois courir. M’enfuir. Appeler Gabriel ? Non. Seul. Il faut que je parte seul. Mais pourquoi ? Je ne sais pas. Qu’est-ce qui me donne de telles envies ? Je ne sais pas. Encore et encore, je ne sais pas. Je ne sais rien. Et vous qui êtes face à moi, vous savez quelque chose. Vous savez qui je suis et d’autres choses que je ne sais pas. Comme Gabriel. Ça me fait peur. Oui, c’est effrayant. Comme si quelque chose allait m’engloutir. Mais je ne pars pas. Même si j’ai un peu reculé, je reste en face de vous. Toujours prêt à m’en aller, mais je reste quand même. Pourtant, si vous saviez combien je voudrais partir loin d’ici…
Allen Walker
en bref
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2022

Callum AndersonEh bien il est toujours mort si c'est ce que vous voulez savoir
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumSam 27 Aoû - 15:08
ft.
Allen Walker
Mystère Médical
- Je ne sais pas.

Je le regarde fixement. "Je ne sais pas" ? Il ne sait pas quoi ? A laquelle de mes questions n'a t-il pas la réponse ? Son regard semble toujours aussi vague et il à l'air sincère. Il me donne la sensation de... ne rien savoir. Rien du tout.

- Qui êtes-vous ? Et comment me connaissez-vous ? Gabriel m’a dit qu’on me cherche, mais… Pourquoi ? Et, c’est quoi ce… euh… … l’événement… de la tour ?
- Alors comme ça tu ne te souviens véritablement de rien...


Je croise les bras, circonspect. Phénomène intéressant. Il semble que ce qui ce soit passé dans la tour cette fameuse nuit n'ai été qu'un événement hors du temps où tout ceux qui ont subis des dommages ou des blessures se soient réveillés dans leur lit, en parfaite santé. Cependant il semblerait que cela ait eu un effet totalement différent sur mon jeune ami. Une amnésie totale semble t-il. J'avais, bien évidemment déjà été témoin de telles choses mais les patients atteints de ce trouble avaient, en général, subit un grave traumatisme. Le jeune Walker aurait-il subi pire souffrance que je ne l'imaginais dans cette tour ?

- Eh bien commençons par répondre à l'évidence. Mon nom est Callum Anderson. Je suis un Exorciste de la Congrégation de l'Ombre, tout comme toi. dis-je en désignant son bras du doigt. - Tu es recherché pour diverses raisons toutes aussi folles qu'hautes en couleur et le fameux événement remonte à plusieurs jours. Beaucoup de personnes se sont retrouvées téléportés dans une tour au milieu de nulle part et bien des choses s'y sont passées, choses qui seraient vraiment trop longues à t'expliquer debout au milieu de la rue.

Je marque une pause pour reprendre mon souffle au milieu de mes explications. L'amnésie se cantonne généralement à l'événement traumatisant et ne bloque que les heures autour de ce dernier. Mais dans le cas de mon interlocuteur, c'est la totalité de sa mémoire qui semble verrouillée et ce pour une raison inconnue.

- Quant à toi mon jeune ami, tu m'a l'air totalement perdu et incapable de trouver une utilité à une simple fourchette. Ta mémoire semble t'avoir abandonné et cela est aussi étonnant que fascinant. Tu ne te souviens absolument de rien ? Pas de ce qui s'est passé dans la tour ? Ni avant ? Ta fuite, le pourquoi de celle-ci ? Ta vie avant ton exil ? Avant même ton entrée à la Congrégation ? Les noms comme Komui, Lavi, Aristar, Marian Cross te rappellent-ils quelque chose ? Ou ne sont-ce que des mots sans signification particulière à tes yeux ?

Tout en parlant je sors un calepin et un crayon d'une de mes sacoches et je commence à noter toutes les données que je recolte. Je fais le tour du garçon en examinant de près ses traits et sa tête à la recherche d'une éventuelle plaie au crâne qui pourrait expliquer sa perte de mémoire. Il a changé par rapport à la dernière fois que je l'ai vu mais je ne saurais expliquer comment. Outre le vide intersidéral qui règne dans son regard, quelque chose d'autre semble en avoir disparu. Une étincelle particulière semble s'être éteinte. Je m'interromps soudain dans mes observations, me souvenant de l'endroit où nous nous tenons et le nombre de regards curieux et peu amène posés sur nous - et surtout sur moi - puis me tourne vers Allen.

- Que dirais-tu de poursuivre cette conversation au calme et au chaud ? Je désigne l'auberge de la tête. - Je t'offre une boisson et quelques friandises pour me faire pardonner de mon comportement aussi cavalier.

Pour me faire pardonner mais surtout pour pouvoir poursuivre mon interrogatoire et mes observations. Je sens que sous ce mystère, il y a une histoire particulièrement intéressante à découvrir.


Callum Anderson
en bref
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2019

Allen Walker
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumSam 27 Aoû - 20:31


Je déteste cette douleur…
Je savais que je n’aurais pas dû demander…
Mais puisque je l’ai fait, même si j’ai envie de fuir loin, très loin d’ici, je vais écouter ce qu’il a à me dire. Du moins, s’il accepte de me répondre, contrairement à Gabriel qui, lui, m’a dit que ce n’est pas le moment. Mais, si je ne sais pas mais que tout le monde me connaît, comment pourrais-je aller bien ?
Non, effectivement, je ne me souviens de rien. Pas même de mon prénom. Vous êtes deux à me dire que je suis Allen Walker, mais je me sens détaché de cette identité. N’ai-je pas menti sur mon nom à tout le monde ? Est-ce pour ça que je n’ai pas l’impression de m’appeler ainsi ?

J’écoute les réponses à certaines de mes questions, et notamment celle dont je veux réellement la réponse : votre identité. Par la même occasion, vous me confirmez que je suis un exorciste, quoi que cela puisse être. Vous précisez même que nous appartenons à ce que vous appelez la Congrégation de l’Ombre, mais qu’est-ce que c’est exactement ? Et que pointez-vous du doigt ? C’est vers moi… En baissant les yeux, je me demande s’il s’agit de la pomme que je tiens toujours à deux mains ou si c’est mon bras étrange. Comment pourrais-je le savoir alors que je me suis éloigné de vous et que mon point de vue m’empêche de le voir correctement ? Je suis de plus en plus perdu…
Vous en venez ensuite à ma question concernant le fait que je suis recherché. Vous ne me donnez aucune raison concrète, mais que cela a également un lien avec les événements sur lesquels je veux le moins d’explications. Explications heureusement trop longues pour en avoir les détails. J’espère maintenant que les détails ne me seront jamais donnés. Je n’en ai pas besoin. Je n’en veux pas. Gardez-les pour vous et ceux qui en voudront vraiment.

Maintenant que vous êtes silencieux, je vous observe autant que je le peux. Mais, finalement, tout ce que je peux voir est votre costume qui n’a rien de rassurant dont le bec est pointé sur moi. Je ne peux pas du tout essayer de deviner ce à quoi vous pensez, ni même essayer de comprendre ce que vous ressentez. Je ne sais pas si je tomberais juste, mais c’est angoissant de ne pas pouvoir voir votre visage. Et voilà maintenant que vous commencez sur un carnet fraîchement sorti de vos affaires. Je me demande ce que vous écrivez en me posant toutes sortes de questions et en vous approchant de moi. Monsieur, comment puis-je vous faire savoir que vous me faites peur ? Et que plus vous me posez des questions, plus j’ai mal à la tête. Arrêtez-vous… Je vous en prie… Arrêtez…
Une main rejoint mon front, soulevant quelques mèches de cheveux qui me tombaient sur le visage. Les yeux fermés sous mes sourcils froncés, j’essaie de faire reculer ma migraine, mais ça ne marche pas très bien. Je ne peux donc rien faire… ? J’aimerais savoir… Comment faire pour me rappeler sans avoir mal ? Comment trouver des solutions ? Comment discuter avec une personne qui me connaît et répondre à ses questions ?

Je ne sais pas…


Est tout ce qu’il m’est possible de murmurer pour le moment. Autant comme une réponse à mes questions qu’aux vôtres. Pourtant, peut-être devrais-je vous le dire, que je ne me rappelle de rien. Mais, si c’est le cas, pourquoi aurais-je mal ? Ah… je ne sais pas non plus…

Pourquoi ne parlez-vous plus ? J’ouvre doucement les yeux pour voir ce qu’il en est. Vous vous trouvez de nouveau devant moi, mais votre “bec” ne pointe plus sur moi. Je regarde alors autour de nous en retirant la main de mon visage, et je remarque que beaucoup de monde regarde par ici. Avons-nous fait quelque chose de mal ? Ou est-ce parce qu’ils ne vous connaissent pas ? Le savez-vous ? Personnellement, je ne le sais pas. Puis votre “bec” revient vers moi alors que vous me dites que ce serait mieux de parler dans un endroit calme. J’imagine que c’est mieux comme ça… ? Je prends un petit temps pour y réfléchir un peu avant de vous regarder de nouveau et hocher la tête, silencieusement. J’attends que vous alliez vers cet endroit pour vous suivre. Je ne sais pas si c’est une bonne idée. Je ne sais pas si vous êtes une bonne personne ou pas. Je ne sais pas ce que vous voulez vous faire pardonner. Je ne sais pas… plein de choses, j’imagine. Beaucoup trop de choses.

Une fois là-bas, pourrais-je vous voir ?


Est-ce que ma demande est mauvaise ? Je ne sais pas pourquoi vous êtes habillé comme ça. Je ne sais pas non plus à quoi sert ce masque. Mais je sais que je ne me sens pas vraiment à l’aise…

Dans l’auberge, je regarde autour de moi. C’est la première fois que j’entre dans cette auberge et je suis toujours curieux de connaître les détails de mon environnement à chaque fois que je suis dans un nouveau lieu. Ma pomme est toujours dans mes deux mains et quand je me rends compte que vous vous êtes éloignés, je vous rejoins rapidement. Je n’ai pas vraiment écouté ce qu’il se passait autour. Et, maintenant que nous sommes seuls, je ne sais pas vraiment quoi vous dire. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas ce que vous allez faire. Mais je me rappelle que vous avez pointé vers mon bras ou la pomme. Le fruit n’a rien de particulier et vous parliez du fait d’être un exorciste. Alors… mon bras ? Je le regarde sans vraiment comprendre. Il est étrange, c’est vrai. Rouge. Ecailleux. Très différent de mon autre main que je mets juste à côté. Je ne sais pas pourquoi il est comme ça…
Allen Walker
en bref
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2022

Callum AndersonEh bien il est toujours mort si c'est ce que vous voulez savoir
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumJeu 1 Sep - 19:32
ft.
Allen Walker
Révélations
- Je ne sais pas...
- Est-ce la seule chose que tu es capable de dire Allen ? Un véritable disque rayé dis moi.


Je soupire légèrement derrière mon masque. J'entends qu'il ait perdu la mémoire mais il pourrait au moins faire un effort et me dire autre chose qu'une pure évidence. Enfin je ne dois pas m'agacer pour si peu. Il n'y peut rien après tout. Voilà une énigme qu'il va être difficile de résoudre. Si il ne se souvient de rien je me demande bien ce qui va pouvoir lui permettre de retrouver sa mémoire. Je dois continuer à fouiller. En lui parlant peut-être de son passé, j'arriverai à quelque chose.
Il fini par accepter ma proposition de se rendre à l'auberge pour discuter au calme. Bien je n'aurai plus à essuyer les regards des passants. A croire que je suis un meurtrier malfaisant.  Je l'accompagne donc jusqu'à l'établissement mais avant d'arriver il fini par ouvrir la bouche pour poser une question qui me surprend.

- Une fois là-bas, pourrais-je vous voir ?
- Ainsi tu es capable de dire d'autres choses. Voilà une bonne nouvelle.
Je me passe la main sur la nuque, mal à l'aise. - Je ne sais pas. Peut-être. Personne au sein de la Congrégation n'a jamais vu mon visage et cela me convient. Cela m'assure une certaine tranquillité quand je souhaite être en paix et profiter de l'instant sans être importuné par une mission inopportune.

Nous arrivons enfin dans l'établissement, une auberge classique sans apprêt particulier mais qui fera amplement l'affaire car, à cette heure de la journée, peu de personnes s'y presse. Je me rends dans un coin calme où une table isolée nous attend. Je m'y installe et me rends compte qu'Allen ne m'a pas suivi. Il fini par se rendre compte de mon absence et me rejoins à la table. Son manque d'attention est il dû à son amnésie ou a t-il toujours été comme ça ? Je l'observe en silence pendant qu'il inspecte le fruit qu'il tient dans ses mains puis ses deux bras. J'en profite pour examiner d'un peu plus près son Innocence. Elle ne semble pas avoir subie de dommages ce qui est plutôt bon signe. Il n'a pas été capturé par des Noés. Un serveur, un jeune garçon d'une quinzaine d'années s'approche de nous pour nous demander ce que l'on souhaite consommer. Je commande une tasse de lait chaud, du sucre et quelques friandises du crû avant de me tourner vers mon compagnon.

- Une préférence, Allen ?

Une fois la commande passée, le jeune homme s'en va. Je me débarrasse de mon manteau d'Exorciste et le pose sur le dossier de ma chaise puis sort de mes sacoches, mon calepin, un crayon et une petite bourse en tissu. Je tâche ensuite de réorganiser mes pensées et mes connaissances. Je me repasse mentalement tout ce que je sais sur le jeune Exorciste en face de moi et tout ce dont je me souviens des événements de la tour. Soudain un élément crucial me frappe. Allen est le récipient d'un Noah et pas n'importe lequel !  Il n'est pas à exclure que l'individu qui se tient en face ne cherche qu'à me jouer un mauvais tour. Même si, vu le regard de mon interlocuteur, je n'ai pas l'impression qu'il puisse faire preuve de malice. Voilà un dilemme cornélien. A qui ai-je affaire ? A l'Exorciste ou au Noé ? Bon de toutes manières si c'est un Noé je suis plus ou moins déjà mort, je ne vais pas me mentir. Je suis loin d'avoir les compétences guerrières suffisantes pour survivre à un affrontement avec Néah. Autant continuer sur ma lancée et au pire des cas, j'aviserai. Ou je mourrai ce qui serait bien dommage.

- Tu es un mystère Allen Walker. Et cela date de bien avant ta perte de mémoire. Vois-tu, une guerre fait rage sur notre planète. Une guerre entre les gens comme toi et moi, les Exorcistes, des humains qui transportent un artefact contenant des pouvoir particuliers. A l'instar de ton bras. Il n'est pas seulement d'une couleur et d'un aspect étrange. Il est capable de choses qui dépassent probablement ton imagination. Ces artefacts nous permettent de combattre nos ennemis : les Noés et les Akumas. Des être surhumains et des machines qui n'ont qu'un objectif : détruire tout ce qu'ils croisent. Et éventuellement tuer Dieu mais je t'avoue que j'ai un peu plus de mal à avaler cette partie de l'histoire.

Sur ces paroles, le serveur revient avec notre commande. Je garde le silence pendant qu'il dispose les différents éléments de notre collation sur la table. Je lui verse la somme demandée et il s'en va sans un mot. Visiblement les habitants ont pour point commun d'être incroyablement taciturnes. Cela me convient j'ai horreur de parler de la pluie et du beau temps. Je rapproche ma tasse de lait et ouvre la bourse sortie un peu plus tôt, révélant une poudre marron. J'en verse une mesure ainsi qu'un peu de sucre et mélange le tout avec une cuillère.  Je retire mon masque et rabat le capuchon de ma tenue vers l'arrière. Je me passe une main dans les cheveux, sans quitter mon jeune compagnon du regard et porte la tasse à mon nez pour humer le mélange. Je ne me lasserai jamais de cette odeur. Je trempe mes lèvres dans le breuvage et savoure le goût de celui-ci.

- Un chocolat chaud. Tu en veux ? dis-je en poussant ma tasse vers lui. - Bon reprenons. Tu ne te souviens de rien de ta vie d'avant. Pas même de ton nom. Tu ne reconnais rien ni personne et tout ce dont je t'ai parlé jusqu'à présent ne ressemble à rien d'autre qu'au baratin d'un fou. Ma tenue n'aidant probablement pas si l'on réfléchit comme cela. Je souris, amusé. - Je ne sais pas. Désolé je te vole ta réplique. Je ne sais pas si j'ai bien affaire à toi, Allen, ou pas. Je t'ai parlé des Exorcistes et des Noés, des ennemis mortels. Tu étais une exception dans cette guerre car tu étais à la fois un Exorciste, disposant d'un artefact magique appelé Innocence, et l'hôte d'un Noé, une entité visant à détruire les Innocences et le monde avec. Une sorte de paradoxe vivant. De fait je ne sais pas si je m'adresse à Allen Walker ou à Néah. Es-tu vraiment amnésique ou me joue tu simplement un tour ? Vaste question.

Je fixe le jeune Walker, songeur. Si il est véritablement amnésique, il doit exister un moyen de lui rendre la mémoire. Il y a, bien évidemment, des cas d'amnésie totale et irréversible mais cela reste rare. Dans la majorité des cas, la mémoire revient, à des degrés divers certes mais elle revient tout de même. Il suffit "simplement" de trouver l'élément déclencheur. Mais quel est-il ?

- Qui es-tu ? Attends, laisse moi deviner : tu ne sais pas.


Callum Anderson
en bref
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2019

Allen Walker
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumJeu 1 Sep - 21:56


La douleur que je ressentais à la tête a bien diminué maintenant. Cela me soulage, puisque je ne l’aime pas du tout. Je ne sais pas d’où elle vient. Ni pourquoi je la ressens. Seulement, elle semble venir à chaque fois qu’on parle de moi dans mon passé. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je ressens comme un barrage, un blocage, un mur solide, que l’on tente de forcer dès que j’essaie de me rappeler ? Qui pourrait me le dire ? Qui pourrait savoir ? Parce que, moi, je suis incapable de le savoir.
Un disque rayé parce que je dis la vérité, que je ne sais pas. Maintenant que j’y pense, est-ce mal ?
Est-ce mal de le déranger pour aider les autres même s’il prend du repos au point qu’il refuse de montrer son visage aux autres ?
J’ai l’impression d’avoir du mal à suivre ce qu’il me dit, parfois. Surtout parce que je ne comprends pas les raisons qui se cachent derrière ce qu’il me dit ou le problème posé. Il me manque sans doute beaucoup d’informations importantes que Gabriel ne m’a pas dites. Les personnes qui me gardent non plus, d’ailleurs. Pour quelle raison ? Parce que je ne leur ai pas posé la question ? Ou l’occasion ne s’est-elle pas présentée ? C’est tellement difficile de savoir…

Un garçon vient vers nous quand nous sommes tous les deux assis à la table que vous avez choisie. Je n’ai toujours aucune réponse à mes questions et nous n’avons pas commencé à parler. J’ai simplement cherché en silence sans vraiment comprendre. Mais, maintenant, j’écoute et observe pour apprendre. Ce que je veux… Vous avez pris un lait chaud avec du sucre et des collations sucrées. Puis, vous m’avez demandé ce que je voulais prendre. Je… ne sais pas. Alors je ferme les yeux pour me souvenir de ce que je prends le matin depuis que je suis dans ce village. Et, timidement, je commande un thé avec une saveur choisie au hasard parmi celles proposées. Earl Grey Fumé qu’il a été dit, je crois ? Puis, nous voilà à nouveau tous les deux seuls à table. En voyant que vous bougez, je t’observe et je constate que vous retirez simplement votre manteau. Personnellement, je préfère garder mon gilet chaud sur moi. Pas que j’ai peur qu’on me le vole. Je crains surtout d’avoir froid si je vous imite. Après tout, avant que Gabriel ne me prenne avec lui pour m’emmener ici, je n’avais rien qui puisse m’aider à avoir chaud et je ne veux pas ressentir ça à nouveau. C’est pareil pour la faim. S’il le faut, je fouillerai à nouveau dans les poubelles si c’est pour ne plus ressentir ce vide dans mon ventre.

Le silence est encore présent. Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas quoi faire. C’est toujours comme ça et j’ai beau réfléchir, je n’ai toujours pas trouvé. Surtout que nous devions parler, n’est-ce pas ? Attendez-vous que je vous pose une question ? Laquelle ? Je ne sais pas vers quel sujet diriger les informations que vous pourriez me donner puisque je ne sais vraiment rien me concernant, à part ce que Gabriel et vous m’avez dit jusqu’à maintenant. J’y réfléchis quand même en reprenant un peu ce que vous m’avez dit plus tôt, ramenant mes maux de tête. Pourquoi ? Pourquoi ai-je mal ? Je ne fais que penser à quelque chose qui ne me dit rien du tout, même si je ressens quelques émotions que je ne saurais définir. Comme si le mur était un peu fissuré par ces simples mots que vous m’avez dit à travers vos nombreuses questions.
Sans que j’ai réussi à poser une seule question, vous m’expliquez que nous sommes en guerre. Une guerre entre les Exorcistes dont je fais apparemment partie, contre les Noés et Akumas. Ah… Ça commence à devenir difficile pour moi, là. Plus vous allez dans les détails, -qui m’intéressent !- ma tête me semble être sur le point d’exploser. C’en est presque insupportable à ce stade et c’est pourquoi je porte à nouveau ma main à mon visage et mon front. Evidemment, ça ne sert pas à grand-chose, mais je ne sais pas quoi faire d’autre. Même ma respiration est plus rapide. Mes yeux fermés. Alors, je ne vois pas tout de suite l’arrivée du serveur qui revient pour nous donner ce que nous avons demandé. Je n’y prête pas vraiment attention, préférant profiter du répit que cela me donne pour faire reculer cette migraine insupportable.

J’ouvre un œil alors que le serveur est reparti avec des remerciements pour le paiement. Surtout que vous êtes en train de me proposer une boisson que je ne connais pas du tout. C’est étrange… Maintenant que je me concentre sur cela, mes maux de tête reculent tout autant. Je ne comprends pas… Ce n’est pas grave. C’est mieux ainsi. Doucement, je prends la tasse pour l’approcher de moi. La boisson dedans est d’un joli marron et le parfum est aussi doux que celui du lait. Alors, je bois une petite gorgée que j’apprécie beaucoup avant de reposer assez rapidement la tasse pendant que vous me dites ce que je sais déjà. Vous avez raison, je ne sais rien de tout ça. Si vous saviez comme c’est très désagréable et effrayant…
Je pousse votre tasse vers vous avant de prendre celle avec mon thé. Je vous écoute toujours, mais je ne vous regarde pas pour ne pas faire de bêtise. Je ne voudrais pas casser quelque chose sans le vouloir. Je suis quand même obligé de vous regarder quand j’entends ces mots que je prononce si souvent. Que ne savez-vous… ?

Né…a ?
Ce nom m’est familier. Extrêmement familier. Douloureusement familier. Extrêmement douloureux !

Sans pouvoir vous écouter plus longtemps, bien que je vous entende toujours, je porte rapidement mes deux mains de part et d’autre de ma tête. Je ne sais pas quoi faire pour qu’elle ne me fasse plus souffrir. C’est horrible ! C’est comme si elle était déchirée de l’intérieur ! Appuyer sur mes tempes ne fait rien. Ni plus mal, ni moins. Néa… Néa… Je te connais Néa… Mais qui es-tu ? Pourquoi une simple question comme ça me rend aussi triste et me déchire encore plus que je ne le suis déjà ? J’ai l’impression d’étouffer, de mal respirer. Ah… Je suis plié en deux à cause de la douleur. Mon front est presque sur la table. Mes tempes me font souffrir aussi. Comme si on plantait quelque chose dedans. Mes mains sont dessus pourtant. Mes mains sont crispées tout comme mes sourcils sont fortement froncés. Mes dents sont serrées. Quand nous parlions avec Gabriel, je n'avais jamais eu mal à ce point. Par contre, certains de mes rêves et cauchemars me causent de telles douleurs. Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Moi je ne sais pas… Est-ce que quelqu’un le sait ? Aidez-moi… Je vous en prie… Faites que ça cesse…
Allen Walker
en bref
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2022

Callum AndersonEh bien il est toujours mort si c'est ce que vous voulez savoir
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumSam 10 Sep - 0:46
ft.
Allen Walker
Remède ou Mal ?
Si il y a bien une chose que j'ai apprise lors de mes études et du début de ma carrière à travers le monde, c'est que l'observation est la clé de bien des réussites. Il faut s'armer de patience et prendre un peu de recul sur la situation pour arriver à percer son mystère. C'est une leçon que j'ai retenue rapidement tant elle me paraissait naturelle et je dois admettre que la lenteur d'esprit de certains de mes confrères avait tendance à me hérisser. Enfin, à leur décharge, je possédais une Innocence et pas eux. Mais cela n'excuse pas tout. Certains sont devenus médecins mais certainement pas grâce à leurs compétences. Le nom et l'argent peut ouvrir bien des portes, mêmes celles qui ne devraient s'ouvrir qu'aux méritants.

Lors de mon monologue, le mot me semble bien choisi car mon interlocuteur n'est pas particulièrement loquace, je ne quitte pas des yeux celui-ci. Ses traits m'apprennent bien plus de choses que ses paroles. Au bout d'un certain temps, je remarque qu'il se prend la tête dans les mains, comme saisi de violentes migraines.

- Eh bien tu ne sembles pas dans ton assiette, Allen. Mon histoire est-elle si assommante ? C'est pourtant de la tienne qu'il s'agit.

Cependant, sa réaction m'a mis la puce à l'oreille. Il réagit trop violemment pour que ce ne soit qu'un mal de tête classique. Aurais-je mis le doigt sur un élément crucial ? Je commence à griffonner frénétiquement sur mon calepin. Et si cette réaction était dû à un blocage de sa mémoire ? Et si tout cela n'était pas anodin mais volontaire ? Et si quelqu'un ou quelque chose dans cette satanée tour avait bloqué la mémoire de mon jeune ami par un quelconque sortilège ? Mais qui ? Et surtout à quelle fin ? Je fouille frénétiquement dans ma sacoche et en sort un bête bonbon au miel. Rien de magique ni de miraculeux mais je veux tester mon hypothèse. Je prends la main d'Allen et dépose le bonbon au creux de celle-ci.

- Tiens Allen, prends ça, cela t'aidera à lutter contre la migraine. Tu dois le mettre sur ta langue et le faire tourner trois fois dans ta bouche avant de le placer sous ta langue. Et vice versa jusqu'à ce qu'il ait complètement fondu.

Il ne s'agit ni plus ni moins que d'un placebo mais si ma théorie est correcte, le fait de se concentrer sur autre chose que sa mémoire occultée va lui permettre de vaincre la migraine. Et si cela s'avère correct, alors cela veut dire que son état n'est pas irréversible. Je continue à noter mes découvertes dans mon calepin tout en buvant mon chocolat. Au bout d'un moment je redresse le nez vers mon interlocuteur et constate qu'il va nettement mieux. Bon sang j'en  étais sûr ! Un sourire triomphant se dessine sur mon visage et je recommence à noircir mon carnet.

- Eh bien Allen, je crois bien que j'ai percé, en partie du moins, le mystère de ta perte de mémoire. Dès que tu essaies de te souvenir de ton passé, tu es saisi de migraines plutôt violentes si j'en crois tes grimace dignes d'un clown. Ce qui veut dire qu'il ne s'agit pas d'une simple amnésie mais bel et bien d'un sort qui t'as été jeté. Par qui, comment et pourquoi sont les trois données qui me manquent pour véritablement trouver la clé de tout cela. Mais ! Je pose l'index sur son front. - Tout est là dedans ! Rien n'a disparu ! Et je suis certain qu'il existe un moyen d'abolir la barrière qui t'empêche d'accéder à tes souvenirs.

Je tape joyeusement dans mes mains ! Eh bien ! Moi qui pensais ne rien rencontrer d'intéressant dans ce village perdu, je me retrouve avec un mystère des plus fascinant ! Et en plus de ça j'ai réussi à comprendre le problème rapidement ! Ceci étant dit, je suis encore loin d'avoir trouvé un remède à son problème mais bon, Rome ne s'est pas construite en un jour ! Si je dispose de suffisamment de temps et de moyens matériels, je suis certain de pouvoir régler tout cela. Qui plus est, cela me changerait de mes recherches stériles sur le virus Akuma ! Un cas intéressant et une solution à portée de mains ! Que voilà une opportunité des plus alléchantes ! Ceci posé, plusieurs obstacles se dressent sur ma route. Allen est considéré comme un criminel et un déserteur. Si je le ramène à la Congrégation, je cours le risque de le voir arrêter par le Crow. Et connaissant cet imbécile heureux d'Alexander, s'il en a l'occasion, il le fera. Lui qui veut toujours tout savoir et contrôler ne me laissera pas travailler tranquillement. Sale fouine aux cheveux blancs. Il n'est pas non plus à exclure que cela risque d'avoir de graves conséquences sur Allen lui même. Il souffre de douleurs puissantes à la seule mention de ses souvenirs. Qu'en sera t-il lorsque sa mémoire sera stimulée par des lieux familiers ? Les effets seront-ils positifs ou nocifs ? Evidemment que rien n'est jamais simple. Résolvez une énigme et celle-ci donnera naissance à mille et une questions. Je décide de laisser tout cela de côté pour le moment pour me reconcentrer sur mon camarade de table.

- Ça à l'air d'aller mieux Allen. Je me demandais, comment t'es tu retrouvé dans ce petit village isolé ? Je suis curieux de savoir comment tu as pu atterrir dans un endroit pareil. Es tu venu ici de ta propre volonté ?

Je ne dois pas exclure la possibilité que des individus malveillants soient sur les traces du jeune Exorciste ou aient profité de sa perte de mémoire pour l'installer ici et tenter de lui tirer les vers du nez. Si je dois lui proposer de rentrer à la Congrégation avec moi, je dois d'abord m'assurer de ne pas emmener de bagages indésirables. Bah ! Je commence à penser comme Thomas. J'ai bien envie de me passer le cerveau au savon.


Callum Anderson
en bref
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2019

Allen Walker
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumDim 11 Sep - 19:36


Une fois qu’elle est là, j’ai vraiment beaucoup de mal à m’en défaire. C’est affreux ! Les cauchemars me font pareil. Surtout ceux avec une personne en particulier. Je le connais, mais je ne sais pas qui il est. Et plus j’essaie de me souvenir de lui, plus les maux se font forts. Plus qu’avec le reste de mes souvenirs. Lorsqu'on a essayé de savoir ce qu’il en était avec les personnes qui me gardent à la demande de Gabriel, on en a déduit qu’il vaut mieux ne pas insister, attendre que ça se débloque tout seul. Je ne comprends pas tout, j’ai des difficultés à appréhender tout ce que les autres savent de moi alors que moi-même je ne sais pas tous ces détails. … Comme maintenant avec vous. Ces personnes, est-ce que je les connais vraiment ? Tout ce que vous m’avez raconté ne m’a évoqué que des sensations extrêmement floues, insaisissables et très douloureuses. Jusqu’à ce nom spécial. Ce nom que je répète dans mon esprit et qui me fait toujours souffrir un peu plus, telle une punition que je suis incapable de comprendre. Après tout, qu’ai-je fais de mal ?

Ce qu’il se passe autour de moi ? Je ne sais pas.
Je n’arrive pas à me concentrer et mon esprit est plus tourné vers la tentative de comprendre les tenants et aboutissants de mes maux au lieu de tous les éléments qui m’entourent. Ce, jusqu’à ce que vous me preniez une main. Celle-ci étant initialement sur ma tempe, crispée au possible, je relève les yeux sur vous pour essayer de comprendre ce qu’il se passe. Quel est cette chose jaune que vous me mettez dans la paume ? … Un médicament ? Sincèrement, je fais de mon mieux pour vous écouter et comprendre les mots que vous prononcez. Ce n’est pas simple mais il me semble saisir l’essentiel. Je crois… Je ramène donc ma main pour que je puisse regarder cet objet comestible de plus près. Puis, après quelques petites secondes, je le mets en bouche, ne voyant aucune autre alternative de toute façon. Et… c’est vachement sucré pour un médicament, non ? Je ne saurais dire… Mais si je compare ça avec les quelques antidouleurs donnés par la famille qui s’occupe de moi, c’est assez différent. Alors, est-ce une autre sorte de médicament ? Quoi qu’il en soit, cela rend très plaisant de le faire tourner dans ma bouche, le laissant fondre lentement. Petit à petit, alors que je me concentre sur le goût que je pense être du miel qui se disperse sur mes papilles, je sens mes maux disparaître. C’est lent, c’est difficile, mais au moins c’est efficace. Ainsi, après un moment, je peux vous regarder écrire dans un carnet avant de prendre mon thé. Il a sans doute eu le temps de refroidir maintenant, hypothèse on ne peut plus logique puisque ça ne fume plus.

Alors que je pose ma tasse après avoir bu une gorgée de son contenu, je vous entends me parler à nouveau. Cette fois, je vous comprends parfaitement, mon esprit n’étant plus focalisé sur une seule chose. Et je dois avouer que vous m’intriguez avec votre déclaration. De quel secret de ma perte de mémoire parlez-vous ? Silencieux, je vous écoute m’expliquer qu’il s’agirait certainement d’un sort bien que vous n’ayez pas plus d’élément concernant ce dernier. Selon vous, c’est le plus logique pour que j’ai aussi mal alors qu’on me parle des éléments de mon passé, mais que cela prouve également que je peux me rappeler du passé si on brise la barrière qui me bloque. Ce “mur” que je ressens et sur lequel nous avons forcé peu avant. Mais, maintenant, comment voulez-vous le détruire ? Vais-je devoir souffrir pour me rappeler ? Je dois avouer que si je devais choisir, je préfère ne pas me rappeler plutôt que ressentir à nouveau cette douleur intense. C’est ainsi que je pense sans oser vous le dire, buvant alors ma boisson doucement en tenant la tasse à deux mains. De toute façon, je ne sais pas si vous l’auriez pris en compte puisque vous profitez du silence pour écrire de nouveau. Je me demande ce qu’il y a à écrire exactement pour que vous vous concentriez dessus. En tout cas, il semble que tout ceci vous mette en joie.

Mes yeux se posent sur la couleur de mon thé. Il s’agit d’un brun légèrement rougeâtre, comme si des fruits rouges avaient été plongés dedans quelques minutes. En parlant de couleur, je peux également voir les vôtres depuis que vous avez retiré votre masque. C’est bien plus agréable de cette manière et je ne sais pas comment vous remercier de m’avoir permis de vous voir ainsi alors que, d’après ce que vous m’avez dit avant d’entrer dans l’auberge, vous ne vous êtes pas montrés à vos amis. Je ne sais pas comment vous pourriez le prendre. Je ne sais pas non plus si vous l’avez fait pour moi. Après tout, comment auriez-vous dégusté votre chocolat, puisque c’est ainsi que vous avez nommé votre boisson, avec un tel masque ? Cela me semble impossible.
De votre côté, vous n’hésitez pas à parler et à me poser des questions. Maintenant, vous souhaitez savoir comment je suis venu ici. Je pose ma tasse sur la table et vous regarde en répondant en ne citant que les faits dont j’ai connaissance :

J’étais dans une ville, dans le froid, et j’étais affamé. Je ne savais pas où j’étais et Gabriel m’a trouvé. Il est celui qui m’a appris mon nom et qui m’a amené ici. Maintenant je vis avec une famille qu’il a choisi pour moi. Je ne savais pas où aller ou quoi faire et je ne voulais plus avoir faim ou froid.


Je ne sais pas pourquoi vous voulez le savoir. Mais comme je n’ai rien à cacher, pourquoi le faire ? C’est ce qu’il s’est passé. C’est simple et il n’y a rien de caché. Sauf peut-être que je ne savais même pas avoir perdu la mémoire avant que Gabriel me le dise, mais je peux toujours vous le révéler si vous me le demandez.

Et vous, pourquoi être ici ?


Je ne sais pas si c’est parce que vous avez entendu parler de moi ou autre chose. Je ne sais pas non plus comment vous m’avez connu ou pourquoi vous vous intéressez à moi. Mais je ne sais pas si c’est bien de vous poser toutes mes questions d’un coup.
Allen Walker
en bref
Messages : 12
Date d'inscription : 22/08/2022

Callum AndersonEh bien il est toujours mort si c'est ce que vous voulez savoir
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV CallumMer 2 Nov - 21:35
ft.
Allen Walker
Souvenirs ou Oubli ?
Sans grande surprise, mon remède fait effet et cela me pousse à penser qu'il ne s'agit, ni plus ni moins, d'un vulgaire sort ou autre fourberie du genre. Je n'ai encore jamais entendu parler d'un traumatisme si sévère qu'il empêche la victime de se souvenir et lui provoque des crises douloureuses à chaque allusion à la partie occultée de sa mémoire. Si tel était le cas, cela serait un mystère encore plus formidable ! Cependant, inutile de s'emporter. Si je parviens à étudier ce phénomène chez Allen, j'aurai largement de quoi m'occuper. Et si cela me permet d'éviter des missions inutiles comme celle que je vient de mener, c'est une victoire supplémentaire. Après tout, j'ai mieux à faire que courir après des chimères. C'est d'ailleurs l'une des choses que je reproche le plus à la Congrégation, l'emploi totalement inadapté de ses ressources. Et après, l'on ose s'étonner que cette guerre s'éternise. Enfin, j'ai largement exposé mon point de vue aux tête "pensantes" de l'organisation mais n'est reçu qu'un camouflet pour me remercier de mes propositions d'amélioration. Ce n'est pas le camp du Déluge qui nous détruira mais l'égo humain, j'en suis convaincu. Nul besoin d'un mal externe pour éliminer l'espèce humaines. Je me recentre sur mon interlocuteur lorsque celui-ci répond à ma question.

- J’étais dans une ville, dans le froid, et j’étais affamé. Je ne savais pas où j’étais et Gabriel m’a trouvé. Il est celui qui m’a appris mon nom et qui m’a amené ici. Maintenant je vis avec une famille qu’il a choisi pour moi. Je ne savais pas où aller ou quoi faire et je ne voulais plus avoir faim ou froid.

Autant demander son chemin à un aveugle, il sera en mesure de donner plus d'informations. Je fouille dans ma mémoire à la recherche d'informations sur ce Gabriel. Est-ce un membre de l'Ordre ? Ce nom ne me dit rien. Mais s'il en avait fait partie il aurait sûrement ramené Allen au QG. Soudain un éclair de mémoire me revient. Le géant ! J'ai souvenir que le colosse qui portait le membre du Crow sur son épaule dans cette maudite tour s'appelait comme cela. Mais qui est-il ? Et pourquoi s'être occupé d'Allen Walker ?

- Et vous, pourquoi être ici ?
- Eh bien je suis ici pour profiter de l'excellent gastronomie locale et de l'accueil chaleureux des habitants de ce village !
dis-je avec un sourire sarcastique avant de reprendre mon sérieux. - En vérité, notre rencontre est due au seul hasard des choses. Les plus belles découvertes viennent naissent souvent de ça. Je venais de terminer une mission un peu plus au nord d'ici et j'ai décidé de rentrer par mes propres moyens. En arrivant dans ce village j'ai croisé une famille qui avait besoin d'un médecin, quoiqu'à contrecœur pour l'une des membres, et je t'ai reconnu en sortant de la maison. Ni plus ni moins. Je n'étais pas vraiment à ta recherche, d'autres sont déjà dévoués à cette tâche. Ce qui est assez amusant d'ailleurs, car cette situation prouve que l'on trouve les choses, ou les gens, précisément lorsqu'on arrête de les chercher.

Je termine ma tasse de chocolat avec un soupir de satisfaction avant de reporter mon attention sur mon ami. Quel étrange destin que le sien. Se retrouver plongé au coeur d'un conflit d'ampleur mondial, se battre pour un camp en abritant un ressortissant de l'autre camp, enfin plus ou moins, pour finalement se retrouver au milieu de nul part, privé du moindre souvenir et dans l'incapacité de s'en souvenir sans endurer une souffrance horrible.

- Dis moi, ce Gabriel, t'as t-il dit comment il te connaissait ? Et pourquoi il avait décidé de t'aider ? S'agit-il d'un homme aussi grand que large avec des cheveux bruns ?

Je griffonne sur mon calepin tout en recommandant une tasse de lait chaud au garçon de salle. Je fais signe à Allen de se commander quelque chose d'autre s'il le souhaite. Ce Gabriel semble devenir un personnage récurrent. Ami ou ennemi, cela reste à déterminer. En espérant que ce n'est pas lui qui a joué un tour à Allen pour bloquer sa mémoire. J'ai beau ne pas être mauvais combattant, je me vois mal défaire un titan de ce genre si jamais il venait à s'en prendre à moi. Cet aparté noté je continue à étudier mon camarade et tâche de reconstituer les événements de la tour pour comprendre l'origine de sa perte de mémoire. Malgré ma réflexion intense, je ne note rien qui pourrait m'aider à élucider ce mystère. Peut-être ne s'est-il effectivement rien passé, peut-être cherche t-il vraiment à oublier cette vie. Il faut dire qu'elle ne lui a pas vraiment fait de cadeaux. J'observe attentivement le jeune homme en face de moi. Son regard renvoie cette incompréhension globale mais quelque chose à disparu de celui-ci. La douleur ? La souffrance ? Je prends soudain conscience d'une chose qui m'avait échappé jusqu'ici.

- J'ai une autre question, plus important que les autres Allen. Je laisse le silence planer quelques secondes. - Le veux tu ? Veux tu te rappeler de ta vie d'avant et de tout ce que tu as vécu jusqu'à présent ? Ou préfère tu recommencer à zéro ici et maintenant ?

Car finalement, une bonne partie du remède se résume à ça. Veut il récupérer ses souvenirs ? Ou préfère t-il sombrer dans l'oubli ?


Callum Anderson
en bref
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2019

Contenu sponsorisé
# Re: Vieille connaissance, nouveaux maux || PV Callum
en bref

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum